AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur la nouvelle version de GGTR !
Wolfyface, galuche_cauet, wild.hapiness, littlem et .QUEENA sont ravies de vous présenter leur nouveau projet
Nous recherchons les personnages de la série
Blair, Serena, Vanessa, Dan, Jenny... Viens jeter un coup d'oeil
Charlotte Archibald recherche son époux
Alors n'hésite pas à prendre Nathaniel Archibald, je suis persuadée qu'elle te fera plein de bébés et de bons gâteaux au chocolat.
Ceelyana Williams recherche son futur copain -ou pas-
Si tu veux plus d'info c'est par ici
N'hésite pas à te faire parrainer
Si tu te sens perdu ou que tu as peur de ne pas t'intégrer.
Le topic commun va être bientôt lancé
Alors inscris-toi vite !
Louys recherche sa soeur jumelle
La jolie Madeline est attendue avec impatience..

Partagez | .
 

 ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

avatar



Voir le profil de l'utilisateur
information✤ Ragots échangés : 1137
✤ A N-Y depuis : 13/06/2012
My life
My life
Statut civil : En couple avec mon lit
Age de ton personnage: 23 ans
Relationships:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Jeu 28 Fév - 13:34






Featuring everybody
“ I will try to fix you..”


Ma sœur me fusillait du regard, je ne l’avais pas écouté, c’est vrai. Mais je ne pouvais pas les laisser là, surtout que tous étaient blessés. Je pleurais tel une fontaine, je ne savais pas quoi faire d’autre. J’essaie de maintenir mon frère en vie. Mon frère tente de me faire un sourire, il était tellement faible, ça me retourna encore plus le cœur, la panique prenait le dessus doucement. Je lui disais la même chose que Lullaby ou April puisqu’il me prit la main en disant qu’il savait. J’essayais de sourire même si je n’avais pas du tout le cœur à cela et je laissais sa main dans la mienne tout en le regardant dans les yeux. Je n’avais pas grand-chose de constructif à dire, même si je voulais parler à ce moment là, je n’aurais pas pu. Je pleurais, je tremblais dans tous les sens, je vis April me regardait et qui tentait de me rassurait « Calme toi Cee, on va tous s'en sortir. » me dit ensuite April, comment elle pouvait savoir. J’allais répliquais quand elle ajouta « Cee.. Tu dois sortir, sors d'ici.. On s'en sortira mais va te mettre à l'abri.. » Je levais les yeux au ciel, genre j’allais abandonner ma famille pour sauver ma peau. Elle est folle, elle, je suis déjà plus ou moins condamné avec cette maladie de cœur alors je n’avais presque plus rien à perdre. Si ça pouvait sauver un membre de ma famille, alors qu’il me tire dessus. « Non, je ne sortirais pas. Je ne peux pas vous laisser dans cet état là. Puis j’ai plus rien à perdre.. » Je parlais évidemment de la maladie de cœur. J’étais complètement apeurée, mais je m’en foutais de mourir à ce moment là. Tout ce que je voyais c’est que la trois quart des personnes qui comptent le plus pour moi est allongée par terre et leur sang s’échappent de leur corps. Le sang en plus, j’ai horreur de ça, c’est de famille. Je lutte pour ne pas tourner de l’œil, je dois me concentrer sur la survie de mon frère. Je continuais de compresser sa blessure mais cela coulait toujours, j’avais son sang sur mes mains. Je levais les yeux au ciel et implorait dieu. Je séchais mes larmes pour avoir une vision un peu plus claire. On n’a pas toujours été copain, mais là, j’avais vraiment besoin de lui. Je crois que c’est ce qu’on faisait tous en dernier recours. Je sentais Thybalt de plus en plus enclin à partir. Il luttait comme il pouvait le pauvre. Je faisais ce que je pouvais, mais je savais que ce n’était pas assez. Je commençais à m’énerver, je compressais la plaie comme je pouvais, mais elle était trop profonde, je pense, où ça avait touché quelque chose de vraiment important. Je ne sais pas. J’ai envie que ce cauchemar prenne fin. Je sens que Thybalt nous échappe, j’essaie de placer ma tête au dessus de la sienne pour qu’il ne regarde que moi, qu’il se concentre sur moi. « Non, non, non Thybalt. Je suis là, regarde moi, ne ferme pas les yeux ! Reste avec nous. » Je savais que c’était au dessus de ses forces. Mais j’essayais malgré tout, on ne sait jamais, il essaya ensuite de parler, mais sans succès. Ses lèvres bougent simplement, mais rien ne sort. Je continue de compresser, je le fais plus fort, au moins qu’il est une réaction. Rien, je vois ses yeux se fermer progressivement. « Thybalt, Thybalt, non ! » hurlais-je sans me rendre compte du danger que je coure à ce moment là. Je m’en foutais, si ça pouvait sauver mon frère. Je n’ai plus de réaction. La grosse panique, je stress, je ne me contrôle plus. Je ne sais pas quoi faire, je secoue Thybalt dans tous les sens, pas de réaction. « Thyb’ putain ! » dis-je ensuite, paniquée. Les larmes montaient à nouveau. Il manquait plus que ça. Je lui donnais des petites claques plus ou moins fortes. Aucune réaction. Une larme roule alors sur ma joue. « Thyb’, je t’en supplie.. Je te l’ai interdis, tu m’as dis que tu savais. » je sais que mes appels sont vains. Je le sais, les larmes coulent de plus en plus. Je me mets au dessus de lui, il respire encore mais je ne sais pas si ça dura longtemps. Je continue d’appuyer malgré tout. Il ne fallait pas qu’il perde plus de sang qu’avant. Je mis une de mes mains sur ma tête et je commence à nouveau à pleurer. J’ai l’impression que je ne suis bonne qu’à ça. « Je t’aime Thyb’, je t’aime tellement, alors bats toi.. S’il te plait. Pour nous.. » Le fait qu’il respire me donnait quand même un espoir. J’avais envie de tout casser, j’avais envie de tuer ce mec. Je voulais aider au plus vite mon frère, ma sœur et ma cousine à s’en sortir. A ce moment là, j’aurais bien aimé qu’on est une arme dans la famille. J'avais envie d'exploser, de tout casser mais je me devais de rester calme.



Codage fait par .Jenaa

_________________
You make it look like it’s magic cause I see nobody, nobody but you. I’m never confused. On that lonely night. You said it wouldn’t be love. But we felt the rush. It made us believe it there was only us. Convinced we were broken inside, inside▵
 You’re always worth it▵
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Jeu 28 Fév - 16:59

Je souffrais, j'avais mal, je n'en pouvais plus, je voulais que ça se finisse au plus vite. Je sentais mon heure arriver mais je ne voulais pas mourir, j'allais lutter jusqu'au dernier souffle. Je demandais à Pierre s'il pouvait me porter pour m'amener en sécurité et vers les secours afin qu'ils me soignent et que je survive à ce terrible drame. Mais il avait mal, il ne pouvait pas ... Je n'allais pas le forcer, je ne voulais pas qu'il souffre également. Mais contre toute attente, il me souleva et me porta sur quelques mètres. Les paupières lourdes, j'avais horriblement mal à la poitrine. Je grimaçais mais heureuse tout de même qu'il m'amène dans un endroit sûr. Je lui dis dans un souffle :

Merci ...

Pierre me posa près de Chuck, heureuse de le retrouver et de le voir sain et sauf même si son épaule était plutôt mal en point. Quant à mon ami Pierre, il était vraiment mal en point, il souffrait et ça se voyait sur son visage. Tout était de ma faute. Je le regardais complètement désespéré. Comment allait se finir la soirée ? Je me le demandais. C'est alors que je sentis les mains de Chuck se glissait sous mon dos commençant à me porter se faufilant au milieu de la pièce. Complètement faible je lui demandai :

Chuck, on va où ?

J'essayais de tenir le plus longtemps possible, je voulais croire qu'on allait s'en sortir. Mais Chuck avait l'air perdu. Si seulement les secours étaient là pour nous aider, tout rentrerait dans l'ordre. Chuck était mon héros surtout s'il arrivait à nous faire sortir de là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Jeu 28 Fév - 19:34

J'avais peur. Je n'avais jamais imaginer me retrouver dans ce genre de situation. Après tout, on pense toujours que ça n'arrive qu'aux autres, mais aujourd'hui, je vivais un cauchemar et je comprenais ce que ça faisait d'être dans une situation où l'on ne pouvait rien contrôler. Je m'étais agrippé à Nicholas, même si sa famille était largement plus importante j'espérais qu'il ne m'abandonne pas au milieu de cette horreur. Après quelques secondes, il me prit avec lui et on se retrouva derrière une table renversée. C'est là que je vis et pris discrètement une arme à feu. Je n'en avais jamais réellement vu en vrai, et ça faisait bizarre. J'eus à peine finit de poser ma question que Nicholas le prit de mes mains. Je le regarda et attendit quelques secondes avant de lui répondre:

« Quoi??? Tu vas quoi??? » Je sais pas si la peur me brouillait les idées mais tuer l'homme en question était la seule solution pour s'en sortir. Je lui dis: « Tu vas tuer personne donne-moi ça! Le blesser j'veux bien mais tu vas quand même pas le tuer?! »

Je savais pourtant que c'était la seule solution mais je ne voulais pas que Nicholas le fasse. Il aurait ça sur la conscience, même si la vie de cet homme sauverait la moitié de New-York. J'essayais de lui arracher l'arme des mains. Je ne réussis évidemment pas. Je le regarda alors et vit qu'il était vraiment déterminé à tuer cet homme. Des larmes coulèrent le long de mes joues. Je pleurais parce que j'avais peur et que je ne savais pas si Nicholas aurait l'homme du premier, ni comment il réagirait après l'avoir tuer. Je baissa deux minutes les yeux vers le sol, essayant de me calmer puis le regarda de nouveau. Je lui demanda:

« Apparemment t'es sûr de toi alors… Tu veux que je t'aide à quoi? » Je marqua une courte pause puis ajouta: « Tu sais, si t'as peur de tirer, j'peux le faire. »

C'était peine perdue et je le savais. Mais qui ne tente rien, n'a rien. Je continuais de regarder Nicholas en posant de temps à autre mon regard sur l'arme. Je me demandais qui avais put avoir une arme comme ça dans une soirée pareille. Un flic peut-être ou un agent infiltré d'un organisme quelconque. J'en savais rien mais je trouvais ça bizarre. Je pris un risque pour regarder en deux temps, trois mouvements où était le tireur. Je reposa alors mon regard sur Nicholas. Je commençais à trembler, à avoir froid. J'avais envie que tout ça soit finis.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Jeu 28 Fév - 20:33

Un véritable bordel! Tout le monde courait dans tous les sens après le premier coup de feu. Je me levais de table, regardant mes deux soeurs tour à tour, paniqué.. Je tenais la main de Jenny tout en voyant ma jumelle s'en aller loin de moi. SUMMEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEER !!! Criais-je à travers la pièce alors qu'elle s'éloignait en courant dans la direction opposée. Je restais immobile, des larmes coulant sur mes joues alors que ma jumelle s'évanouissait peu à peu de mon champs de vision, des gens venant s'interposer entre nous en courant dans tous les sens. Je lâchais la main de mon amie tout en m'écroulant à terre avant de passer mes mains dans ma chevelure. Je regardais le sol, le visage vide comme si j'étais déconnectée du monde réelle. Je vivais un véritable cauchemar, j'avais l'impression d'être dans un des ces vieux films en noir et blanc avec un cinglé qui débarquait comme par enchantement dans un fast-food et se mettait à tirer comme si les gens étaient de vulgaire cible mouvantes. Je me sentais faible et complètement dépassé. Je repensais à mes proches, à ma famille, à mes amies.. Je me sentais si inutile.. Finalement, mon titre de Queen ne valait aucun droit dans cette situation.. C'était assez ironique. Je me disais toujours que j'avais tout pour moi dans n'importe quelle situation, que j'étais plus importante parce que j'étais Phoenix McQueen et en plus je faisais parti de la haute société de Manhattan. Mais qui étais-je dans pareil circonstance? Pouvais-je prétendre que ma vie était plus important que celle d'un autre juste parce que j'avais plus d'argent? Pas du tout. Ma vie valait autant que celle d'un west sider. Je me sentais stupide. Pourquoi fallait-il toujours que les gens comme moi comprennent les choses dans des moments aussi critiques, juste avant de perdre la vie?? Je ne voulais qu'une seule chose que mes deux soeurs soient en vie.. C'était sur ces pensées que je perdis connaissance.. Un trop plein d'émotion provoqua ma chute, douce et légère sur le sol me plongeant dans un sommeil partiel..
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Jeu 28 Fév - 22:03

Les os de son dos étaient en fusion, Pierre avait l'impression qu'on lui soudait les vertèbres les unes contre les autres. Il soufflait doucement en essayant de reprendre son souffle, mais c'était mission impossible, parce que c'était comme s'il s'était affaissé sur lui même, que ses poumons étaient comprimées par ses épaules. Il avait mal en prime, si bien qu'il avait fermé les yeux, non il ne dormirait pas, de toute façon il n'allait pas mourir, peut-être que si en fin de compte, si le tueur se décidait de venir ici, il n'hésiterait pas à lui tirer dessus. Chuck resta à côté et prit Blair à son tour, le King le savait parce qu'il avait enfin ouvert les paupières. « Pierre, tu restes là, tu ne bouges pas, je reviens te chercher, et ne me dis pas de ne pas revenir, tu sais parfaitement bien que je ne te laisserai pas moisir ici. » Il leva les yeux au ciel, personne ne voulait laisser quelqu'un ici, il le savait, inutile de le répéter à chaque fois. Sören était lucide, de toute façon où pouvait-il bien aller ? Il n'arriverait même pas à se relever pour marcher, il souffrait le martyr autant sur le plan physique que psychologique. Physique parce qu'il avait porté d'abord Chrystal et que ça n'avait pas été une bonne chose, puis Blair, ça l'avait achevé. Psychologique parce qu'il avait tué quelqu'un sans le vouloir en tirant sur le tireur, et sa vision lui avait joué des tours.

Il ferma les paupières une nouvelle fois. Trop abattu par la réalité des choses, il ne connaissait aucune sortie, et même ramper lui serait sûrement impossible, il préférait rester ici, à la portée de l'arme plutôt et mourir rapidement que de se tuer à petit feu en essayant de sauver. Il pensa à énormément de choses, et la première fut sûrement de ne penser qu'à sauver les autres, ça lui faisait du bien de savoir qu'il avait servis à quelque chose, qu'au moins il ne serait pas aveuglé par la mort des autres. Il espérait avant tout que Duncan ait réussis à emmener sa fiancée à l'écart, à l'abri de cette tuerie, sinon il ne supporterait plus la vie, si il y arriverait, mais avec difficulté, il lui faudrait probablement des années pour effacer la douleur, pour oublier l'amour qu'ils s'échangeaient à nouveau, et savoir qu'il ne pourrait pas se marier avec elle c'était quelque chose qu'il ne supporterait pas comme il l'avait pensé. Il sentit une nouvelle fois ses larmes rouler sur ses joues, il était seul, il pouvait en profiter. Les sillons des gouttes salées traçaient des traînées dans les traces de sang qu'il avait au visage.
code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ADMIN ⊰ I'm running from a warzone


Voir le profil de l'utilisateur
information✤ Ragots échangés : 764
✤ A N-Y depuis : 25/08/2012
My life
My life
Statut civil : Mariée à Thybalt
Age de ton personnage: 24 ans
Relationships:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Jeu 28 Fév - 22:40


Le bal de la Saint-Valentin


(how to save a life) ▽ Where did I go wrong? I lost a friend. Somewhere along in the bitterness and I would have stayed up with you all night. Had I known how to save a life
J’avais l’impression qu’on était ici, dans cette situation depuis des heures et des heures. On était derrière cette table, je poussais un long soupir avant de passer mes mains dans mes cheveux. Il était temps qu’on sorte, je me sentais oppressée, pas bien du tout mais ça allait, je pouvais encore tenir. J’essayais de me calmer. Je me disais que bientôt on serait sortie, je ne devais pas paniquer, enfin pas plus que maintenant. Je ne savais pas si avec Nathan ou April, j’avais pris les bonnes décisions, j’ai pensé survie mais en me posant, j’avais peur de les avoir enfoncés plutôt que de les sauver. Tout un tas de questions que me posais maintenant, il était trop tard maintenant. Le mal était fait. Je ne sais pas s’ils vont s’en sortir, je ne sais pas si cette situation se finira bientôt, je ne savais plus rien. Plus ses flashbacks qui se manifestait au mauvais moment, c’était successif et que des bons moments pour la plupart. Quand ça me transperce, je suis incapable de faire quelque chose, hormis de pleurer et de voir ces images dans ma tête. Je voyais que le temps passait et qu’on ne bougeait pas à l’extérieur, alors oui j’avais peur. Je n’arrivais même plus à pleurer. Je m’étais résignée, de toute façon, cela ne change rien que je pleure ou non. Au moins j’exprime quelque chose mais là, j’ai le regard vide, mon visage à une expression neutre. Je sens quand même mon visage un peu comme tirailler après le flot de larmes passés. J’essaie de rester calme surtout, de faire le vide dans ma tête, de ne pas me rajouter un stress en plus. J’avais pris ensuite la main de Nathan comme pour me rassurer aussi. Il caressait ma main avec son pouce, j’étais incapable de bouger maintenant, je laissais le temps défilait. Je levais la tête vers le ciel, je ne sais même plus ce que j’espérais. Je rabaissais bien vite ma tête pour regarder le sol. Je ne m’imaginais pas perdre Nathan, ni April. Je regardais Nathan qui s’affaiblissait au fur et à mesure. « Je t'aime Cléia … Comme je n'ai jamais aimé personne. Approche toi … S'il te plaît ... » ce qu’il me dit me toucha sincèrement, au plus profond de mon être. S’il n’était pas blessé, ce serait encore mieux. Je pourrais en profiter pleinement, je m’approche doucement comme il me la demandé sur son ton suppliant. Je le regardais dans les yeux, je fermais les yeux lorsqu’il déposa un baiser sur mes lèvres. Je me sentais un peu mieux. Je me sentais un peu plus en sécurité, ça me redonnait espoir. Je ne sais pas comment qualifier, mais ça m’avait fait du bien. « Merci ... » dit Nathan ensuite. Je le regardais en disant avec un petit sourire. « Ne me dis pas merci, on est ensemble non ? » je lui fis un semblant de sourire. Un petit sourire. Il se mit ensuite à côté de moi. . « On doit partir … Je ne sais par où, mais partons, va chercher ta petite tête blonde, je me débrouillerais comme je pourrais. » j’hallucinais à ses paroles, il était complètement fou. On ne pouvait pas partir, c’était tout bonnement impossible, il était trop dans un sale état. C’était sa jambe qui était touché. April, je ne pourrais pas la supporter toute seule, je fais un poids plume. On allait tomber toutes les deux. Non, c’était trop dangereux, on avait pris assez de risques dans cette soirée. « Non, Nathan, c’est trop dangereux, tu ne peux pas te déplacer, c’est trop risqué, vaut mieux qu’on reste là.. Vaut mieux pas aggraver ton cas et celui d’Ap’. » on ne pouvait pas bouger, c’était impossible, passais ma main dans mes cheveux doucement et posais ma tête sur son épaule quelques instants avant d’avoir un autre flash : ma première journée à l’université. Je me reculais immédiatement de Nathan pour ne pas lui faire mal. C’était une expérience fort parce qu’à chaque fois, je revivais ce que j’avais fait. Je me repliais sur moi-même, en attendant que cela finisse. Je me rappelais de la première fois où j’ai vu ma classe et que je me suis sentie mal. De cette salle de danse où j’ai dansé devant tout le monde. De la première fois où j’ai vu Nathan à Yale. Le mal de crâne revient en puissance, il fallait que je réussisse à le dominer comme la dernière fois. Je reviens vers Nathan doucement en me tenant la tête. « Nathan.. Pour tout à l’heure.. Moi.. Moi aussi je t’aime. » Dis-je doucement. Je n’en avais jamais douté mais je n’avais pas eu le cran de lui dire. Même si je ne me rappelais pas de grand-chose, je n’ai jamais vraiment douté de mes sentiments à son égard.
(c) AMIANTE


_________________


    Sans toi je sais plus où je me dirige. Mon corps se divise. Mon coeur me néglige. Reste avec moi, sans toi tout ne vas pas. Sans toi, je ne tiendrais plus le coup, sans toi, je ne vaux rien du tout. Avec toi, je suis la plus heureuse et la plus comblée. La plus comblée il n'y a que toi qui me fait trembler. Avec toi le temps s'arrête. Avec toi j'suis sur une autre planète. Avec toi je suis prêt à affronter le pire. Nos erreurs ne comptent pas. Ce sera nous, nous contre le monde.

      ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ADMIN ⊰ Hold on we're going home


Voir le profil de l'utilisateur
information✤ Ragots échangés : 431
✤ A N-Y depuis : 25/08/2012
✤ Localisation : Soit dans ma voiture, soit à l'hôpital
My life
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Jeu 28 Fév - 23:49





Le Bal de la St-Valentin
à table à table à table


On venait de pousser la porte. On était en sécurité. Je poussais un long soupire, j’étais soulagée. Je m’étais étonné moi-même du sang froid que j’ai eu. J’avais réussi à rester calme tout le long. Je ne dis pas que je n’ai pas paniqué comme jamais mais j’ai réussi à nous faire sortir. J’étais vraiment impressionnée et fière de moi à la fois. Je ne savais pas que j’avais cette force en moi. Je n’avais pas laissé la panique prendre le contrôle de moi, même si j’ai eu peur quand Elise a refusé d’avancer. J’ai bien cru que j’allais taper la crise de nerfs et crier tellement fort qu’on se serait fait tiré dessus. Je m’en voulais un peu d’avoir parlé comme ça à ma meilleure amie. C’est sous le coup de la panique que mon plan ne se déroule pas comme prévu. A ce moment-là, oui, j’ai eu peur que tout foire et que je ne puisse pas faire sortir Aaron d’ici. Je retenais les larmes, c’était fini maintenant. Je passais ma main dans mes cheveux pour replacer les mèches rebelles. Je n’avais plus de force que ce soit niveau psychologique que physique. Même un pack d’eau, je serais incapable de le porter. J’ai les jambes qui commencent légèrement à trembler. N’empêche que la femme que la mort de cette femme que Pierre a abattu restera gravé dans ma mémoire à tout jamais, je l’ai vu s’écrouler.. Je me doute que Pierre n’a pas des tendances schizophrènes ou je ne sais quoi mais cette pauvre femme n’avait rien fait. Je ne décidais de ne pas en parler. On alla ensuite jusqu’à l’ascenseur, je portais toujours Aaron. Elise avait déjà appuyé sur le bouton et par chance, il fonctionnait. D’habitude, dans les films, ils bloquent tout. Cette soirée restera forcément dans tous les souvenirs de ceux qui l’ont vécu. On monte alors tous les trois dans l’ascenseur, grand dieu ce que ça fait du bien. Je serre ma meilleure amie dans mes bras. « Dis, tu voudras bien venir avec moi à l'hôpital? » me demanda ensuite Aaron. On aurait dit un petit garçon tout mignon quand il m’a demandé cela. Et honnêtement, je ne me voyais pas lui refuser cela, et de toute façon, je ne serais pas tranquille si je ne l’accompagnais pas. « Oui, je viens, je ne te laisse pas tout seul ! Je suis ta copine maintenant, c’est mon boulot de m’occuper de toi. » J’avais du sang d’Aaron sur mes mains, sur celle d’Elise, c’était pire, je le regardais un instant, il était blanc comme un cachet d’aspirine, il était temps qu’on arrive en bas. J’avais quand même encore un peu peur pour lui. Il y avait encore cette balle à l’intérieur de son corps et elle pouvait faire beaucoup de dégâts. Cette soirée ne m’aura pas apporté que du négatif, il y avait aussi du positif, j’étais avec Aaron. Pendant que l’ascenseur descendait, je me collais contre lui. J’étais vraiment contente, on était enfin libre. Je rêvais d’une bonne clope à ce moment-là, je ne fumais pas tellement mais là, j’étais vraiment à cran. Les portes de l’ascenseur s’ouvrit. « C'est fini. » M'exclamais-je comme si j'avais du mal à y croire. Pas mal d’équipes médicales étaient là. Je poussais encore un soupir de soulagement, le cauchemar était fini, Aaron allait être pris en charge. Tout était fini. Enfin. Je laissais les ambulanciers s’occupait d’Aaron que je tenais toujours. Il nous embarqua aussi Elise et moi pour voir si nous n’avions rien. « Laissez-moi retourner auprès du jeune homme, c’est mon copain, je vais bien ! » dis-je ensuite en enlevant leur bras. Il me passait une lumière aveuglante dans les yeux.



made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Ven 1 Mar - 0:05

Moi qui avait toujours été quelqu'un de réfléchi tout en prenant des risques, d'énorme risque.. J'avais l'âme d'un véritable avocat en devenir, j'étais sur la bonne voie si je finissais un jour par l'emprunter au lieu de la musique. Et pourtant, ce soir, j'avais très mal joué mes cartes. Je me trouvais dans une position inconfortable et très délicate. Je me trouvais entouré de personne qui ne désirait pas ma présence à cette table et pourtant je m'y étais rendu malgré tout, ignorant les dires de ma copine. Elle m'avait supplié de rentrer, de regarder un bon film chez moi, rien qu'elle et moi sans tus ces hypocrites avec nous. Je ne voulais pas me défiler et surtout pas devant Pierre. Je voulais prouver à Chrystal que j'étais capable de me tenir en présence de Pierre sans l'agresser et je voulais ennuyer Elizabeth et surtout Phoenix de ma présence à table. mais j'aurais mieux fait de m'abstenir et d'écouter les paroles sages de Summer.. Mais il était bien trop tard. Des coup de feu retentir dans la salle. La panique gagna les convives, courant dans tous les sens, cherchant à fuir, à se mettre à l'abri. Je posais un regard sur Summer, je voulus la prendre par la main afin de ne pas se perdre de vu mais elle embarquait par le flot de personne paniquée. Je la regardais s'éloigner de moi, voulant la rattraper mais ma trajectoire fut perturbée par un premier coup de feu qui toucha la jeune femme qui se trouvait devant moi. Je fis l'erreur de regarder le fou furieux dans les yeux et ce dernier n'hésita pas à me tirer dessus me touchant en bas du ventre. Je m’écroulais à terre, sans pouvoir me retenir. Je restais sur le sol, alors que je me vidais peu à peu de mon sang. Je voyais les gens s'affoler autours de moi. J'appuyais sur ma blessure avant de puiser dans mes derniers réserves d'énergie pour me redresser, me relever, ma main sur ma blessure je criais le plus fort possible. SUMMEEEEEEEEEEEEEER !! Je marchais parmi les corps inanimés ou presque sur le sol. Je reconnus un corps, celui de Phoenix je me penchais difficilement pour prendre son poux, elle était toujours en vie, évanouie surement vu qu'elle n'avait pas l'air d'être blessée. Je tentais de la prendre dans mes bras, ce fut difficile bien que la jeune femme ne soit pas lourde mais mes force commençait à me quitter en vu de ma blessure. Je marchais, la belle dans mes bras quand j'aperçus Summer. J'allais à sa rencontre le plus rapidement possible. Elle semblait ne plus pouvoir se lever. Je craignais qu'elle soit blessée.. Summer?? Il t'a blessé?? Tu peux te relever? Il faut qu'on se mette à l'abri. Ta jumelle est juste évanouie, ne t'en fait pas..
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Ven 1 Mar - 0:21


M**** je suis dans son viseur
ft everybody
Je sentais la douleur de mon bras revenir petit à petit, et je ne lachais pas Blair, je sentais qu'elle tentais de résister, et je lui parlais ça aiderait surement à ce qu'elle ne se laisse pas envahir par le sommeil.
Je devais me dépêcher à sortir Blair d'ici, le plus rapidement possible, les secours devaient être en bas. Je jettais un dernier coup d'oeil derrière moi, pour remarquer que Pierre semblait très mal. Il avait été un héros presque, je n'avais rien vu caché derrière ma table, mais il avait surement mis Chrystal en sécurité, et il nous avait aidé avec Blair, c'était donc normal que j'en fasse autant pour lui.
Je voyais que j'arrivais doucement vers l'ascenseur, sans m'être fait suivre, en même temps s'était tellement la cohue que personne n'aurait pu voir que je m'étais faufiler vers l'ascenseur de service, il était souvent oublier.
J'avais appuyé sur le bouton, mais il se faisait assez lent, ce qui ne me rassurait pas vraiment, quand je vis doucement Blair me regarder en me demandant ou nous allions, elle était vraiment dans le gaz... Je souriais doucement
.

« Si nous étions pas ici, je te dirais en voyage où tu veux... Mais pour l'instant je t'emmène te faire soigner, quand tout ira bien je t'emmènerai où tu veux je te le promets... »

Je lui embrassais le front, et je descendis dans l'ascenseur, pour l'emmener aux secours déjà présents... Les médecins voulaient me soigner et ne voulaient pas que j'y retourne, mais je ne pouvais pas laisser Pierre, il n'allait pas réussir à sortir seul.
J'avais repoussé tout le monde en criant, et je partis en courant à nouveau dans l'immeuble, pour reprendre l'ascenseur, et les escaliers.. Je me sentais faible malgré tout, je continuais de perdre du sang, mais ce n'était pas le plus important pour l'instant,j'entrais à nouveau dans la pièce, et je cherchais Pierre des yeux il n'avait pas bougé, je m'étais mis à courir vers lui, en me couvrant directement derrière la table.. Je ne savais pas s'il était inconscient ou s'il avait juste fermé les yeux


« Pierre c'est Chuck tu m'entends ? Il ne faut pas rester ici, on est la cible de ce tueur si on ne se bouge pas de suite »

J'attendais de voir ce que je pouvais faire pour nous en sortir, et rapidement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Ven 1 Mar - 15:22

Chuck me portait à bout de bras mais il devait énormément souffrir, il s'était fait tiré une balle à son épaule et je n'étais pas non plus super légère. Il devait souffrir et j'étais mal pour lui. Je n'avais pas la force de l'engueuler mais aussi il faisait tout pour que je m'en sorte. Je sentais la mort venir mais peut être que j'allais sortir de ce tunnel enfin. La fatigue m'emportait, mes yeux se fermèrent et j'entendais vaguement la voix de Chuck me dire des choses vraiment adorables. On passait par tellement d'étapes tous les deux. Ce soir là, je lui avais avoué que je l'aimais et je le pensais. Je voulais qu'il le sache avant que je meurs si je devais partir.

Je ne répondis rien et je m'endormis, j'entendis juste un brouhaha autour de moi comme si j'étais sortie de cet enfer et que je revenais à la réalité. J'ouvris très lentement les yeux et vis en effet que j'étais en dehors de l'empire state building. Les secours s'occupaient de moi me mettant sur un brancard et ils m'emmenèrent, je suppose, à l'hôpital le plus proche. Je sortais enfin de ce tunnel me menant jusqu'à la mort pour retrouver le chemin de la vie. Jamais je ne remercierais comme il se doit Chuck et Pierre, ils étaient mes héros. J'avais vraiment des amis en or sur qui compter dans des moments difficile comme cela.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Ven 1 Mar - 20:25


J'avais connu bien des épreuves dans ma vie aussi difficiles les unes que les autres sans jamais flancher, me montrant toujours combatif et fort, cherchant au mieux à trouver des solutions pour m'en sortir. Je ne prenais pas toujours les bonnes décisions mais j'avais au moins le mérite d'essayer. Et pourtant, depuis quelques temps, je n'avais fait qu'enchaîner les erreurs, celles-ci prenant de plus en plus d'ampleur dans ma vie, créant des conflits avec mes proches, ne me laissant aucun répit. Je me laissais bouffer par elles sans réagir, sans les réparer.. Je n'essayais même plus de me battre. J'avais changé et le simple fait de le savoir, me dégoûtait, cela me répugnait. Je me détestais de faire autant de mal autour de moi. J'avais même parfois la nette impression d'être de trop, qu'il valait peut-être mieux pour mon entourage que je m'éloigne et cela définitivement..

C'était ce que j'avais pensé il y avait de cela encore quelques minutes, entouré des personnes auxquelles je tenais énormément. Chaque membre qui se trouvait à cette table m'était cher,sans exception et pourtant, je n'avais fait que créer des tensions, tensions que nous fîmes profiter au reste des convives. A ce moment précis, je me serais bien levé de table et serais parti sans me retourner. Mais Dieu merci, j'étais resté, j'étais resté auprès de ma famille. Elle était en danger de mort et je me devais de faire quelque chose. C'était quand je vis Lola et cette arme qu'elle tenait dans ses mains que l'image de Thybalt me vint à l'esprit. Mon beau-frère se trouvait allongé sur le sol, au milieu de toute cette fureur alors qu'il venait de recevoir une balle. Je pensais à lui, aux larmes d'April.. Je déglutis.. Lola finit par me sortir de mes pensées, s'adressant à moi, cherchant à me reprendre l'arme à feu. Il était tout bonnement hors de question que je lui laisse la lourde tâche d'achever cette homme.. Lola, regarde toutes ses personnes autours de nous étalées sur le sol! La plupart ont perdu la vie à cause de cet homme!! Je me dois de l'arrêter au mieux.. J'étais ferme et sec dans mes paroles. Je plongeais mon regard dans celui de la belle rousse lui faisant comprendre que je me devais de le stopper. Je regardais tous ces gens sur le sol avant de chercher du regard Cléia et Nathan, au milieu de survivant qui cherchaient toujours à s'enfuir mais je ne les aperçus pas. J'espérais qu'ils étaient tous les deux à l'abri, en sécurité et surtout sain et sauf..

Alors que je vérifiais le nombreux de balle restant dans l'engin, au nombre de trois, je regardais par la suite mon ex-copine, voulant lui expliquer mon plan de bataille. Alors voilà ce que tu vas.. Je fus interrompu quand j'entendis retentir un autre coup de feu. Je regardais par dessus la table. Je vis le fou, juste à l'endroit où se trouvait mes proches. Une jeune femme se tenait juste devant lui. Je fronçais les sourcils, je reconnaissais cette chevelure divine pour les avoir si souvent caressé.. Je reconnaissais cette robe.. Des frissons parcoururent mon corps. J'eus l'impression que mon coeur allait s'arrêter de battre pendant l'espace d'une seconde. C'était elle, ma meilleure amie, ma moitié, celle pour qui je donnerais ma vie sur le champs pour sauver la sienne qui se tenait juste devant le tueur.. Je voyais peu à peu le corps jeune femme rejoindre la froideur du sol...

LULLABYYYYYYYYYYYYYYYYYY! M'écriais-je les yeux remplis de larmes alors que je me relevais tout d'un coup me mettant à découvert. La peur est la plus terrible des passions parce qu'elle fait ses premiers effets contre la raison ; elle paralyse le coeur et l'esprit. Voilà la phrase qui défilait dans ma tête. J'avais peur, celle-ci me paralysant partiellement, tout en me faisant trembles. J'avais peur de ne plus jamais la revoir, peur de ne plus jamais la voir sourire, peur de ne plus la voir hurler comme une hystérique à travers la villa, peur de.. De ne plus avoir l'occasion de lui crier à quel point j'étais fou amoureux d'elle et que je voulais passer le reste de mes jours avec elle! Mais ce type venait-il de réduire mes chances d'être à nouveau au côté de ma bien-aimée?? Avait-il pris la vie innocente de ma chère Lullaby?? La rage m'avait envahie désormais. Elle avait pris possession de mon corps. La colère, le mépris, la haine, la douleur, la culpabilité étaient aussi de mèche avec elle, collaborant main dans la main, contrôlant mon esprit, m’ôtant toute capacité de raisonner. Tout ce qui m'inspirait c'était la vengeance! Je voulais venger ma famille, mes amis, tous ces morts étalaient sur le sole mais surtout, je voulais la venger elle. L'adrénaline qui se déversait dans mes veines telle un torrent ardent, atteignant son apogée, eut raison de moi. Mon regard ce fut noir, terrifiant, rempli d'hargne et brûlant de colère!! Ma fureur était telle que je dévastais tout sur mon passage, grognant telle un fou furieux dépourvu de tout sens moral, des réalités ou de tous autres d'ailleurs, repoussant cette table de mon passage, qui quelques minutes auparavant me servait de refuge. Je courais vers l'agresseur, l'arme en main que je tenais bien fermement, pointée vers le sol. La détermination se lisait dans mon regard. Je croisais un instant le regard de Ceelyana mais j'étais bien trop concentré sur mon objectif. Alors que je m'approchais dangereusement de l'inconnu, celui-ci voulut pointer son arme sur moi mais étant assez proche, je lui tirais dans la cuisse avant de recharger. Il perdit l'équilibre poussant un cri de douleur mais ce n'était certainement pas suffisant pour moi. Je lui sautais dessus, brandissant mon poing qu'il reçut en plein sur le nez. Celui-ci était d'une force bestiale, puissante et précise. Nous retombâmes sur le sol, moi, étant sur lui. Je lui arrachais son arme des mains, la faisant glisser celle-ci sur le sol, évitant de la déclencher étant chargée. C'était là que je pus exprimer toute la rancoeur que j'éprouvais. Je lui mis une droit en pleine face avant d'enchaîner tout en hurlant. ESPÈCE DE SALOPARD!!!!! J'enchaînais les deux autres coups tout aussi forts. L'homme saignait, demandant ma clémence que je ne lui accordais absolument pas. Je finis par appuyer là où je lui avais tiré dessus, l'entendant hurler. Je finis par reprendre l'arme que je venais d'utiliser, tirant la première balle dans sa tête. Le sang de l'homme jaillit, j'en reçus sur le visage. Mais on dit toujours qu'une balle dans la tête n'est pas toujours suffisante pour achever quelqu'un alors je tirais la dernière dans son coeur.. Je venais de prendre la vie d'un homme sans aucune pitié, n'éprouvant aucun remord. Mon respiration était haletant, mon regard était dépourvu de tout sentiment. J'avais l'impression d'avoir perdu mon humanité me laissant guider par la colère.. Tout était fini à présent. Je me levais regardant le corps de l'homme mort.. L'arme de mon crime me glissant des mains, atterrissant sur le sol, je restais immobile, sans vie..
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Admin


Voir le profil de l'utilisateur
information✤ Ragots échangés : 235
✤ A N-Y depuis : 28/05/2012
My life
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Ven 1 Mar - 20:36

SAVE YOURSELF GUYS
Prenom Nom & Prenom Nom

Devant l'empire state building, les journalistes se pressent comme les petits curieux, les forces de police réfléchissent alors que les sauveteurs se tiennent prêt. Voilà maintenant presque une heure que les premiers coups de feu ont eu lieu à la soirée de la saint-valentin. A cette soirée de nombreuses personnalités importantes ce qui n'a pour effet que d'attirer encore plus l'attention. Les télévisions locales sont saturés d'émission en tout genre au sujet de cette supposée prise d'otage. On tente de compter les morts et les blessés avant même d'agir. Le chef de police a des sués froides. Il a eu quelques informations grâce à des invités qui ont appelés police secours de l'intérieur, mais depuis quelques minutes plus rien. Les informations sont minces, agir dangereux ! Il faut faire un choix. Il appelle son second. Ensemble, ils regardent une dernière fois le plan de la salle. Une main se lève. Le groupe d'intervention spécial se bouscule à l'intérieur, armé jusqu'au dent. Tous les New Yorkais retiennent leurs souffles. C'est partit.... Quelques minutes plus tard, la radio reprend : Les secours se lancent à leurs tours à l'assaut du bâtiment.

A l'intérieur, tout le monde est déstabilisé. Les forces de police ont découvert le forcené mort sur le sol. Même si aucun ne le reconnaîtra beaucoup sont soulagés. Ils sécurisent les lieux et voient pour la première fois le résultat de la folie meurtrière de l'homme. Comment une seule personne a-t'elle pu faire autant de dégâts ? Maintenant il faut sauver ceux qui peuvent l'être ! Les secours arrivent. Ils ne savent plus trop où placer leurs regards. On les appelle dans tous les coins. Déjà les défibrillateurs et autres perfusions sont utilisés. On commence même à déposer des draps blancs sur les victimes. Les invités commencent à reprendre leurs esprits : Le cauchemar est fini !

A l'extérieur, une jeune femme remet ses cheveux correctement, attrape le micro. On lui fait signe que bientôt elle sera à nouveau à l'antenne. Informer, voilà sa priorité, ou plutôt faire du sensationnelle. "Madame et Messieurs, l'assaut du bâtiment a été donné et selon nos dernières informations le forcené a été maîtrisé. Les secours sont déjà à l'intérieur. On voit les premiers blessés sortirent. Nous n'avons encore aucun chiffre pour ce qui est des personnes décédés ou blessés.Les premières informations qui nous arrivent sont terrifiantes. Cette soirée de cauchemars restera certainement dans les mémoires. Nous vous tenons au courant dans les prochaines minutes."



HJ : A partir de maintenant, vous pouvez poster ce que ressent votre personnage.
- Nicholas Cepreani a mit fin à ce carnage et cette soirée d'horreur. Le tueur est mort.
- Vous pouvez dés à présent jouer l'arriver des secours et votre sortie de ce bâtiment. Pour ceux qui sont le moins gravement blessé sachez qu'un véritable cirque médiatique vous attends dehors ! Ils vont chercher à interviewer en exclusivité !
- Il s'agit de la dernière partie du sujet commun. Nous vous remercions d'avoir autant joué le jeu !


FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Ven 1 Mar - 21:01


Le bal de la St Valentin
ET LA SOIREE VIRA AU DRAME



« T'es sûr que tu veux que je te laisse tout seul? » J’acquiesça le sourire aux lèvres. J’avais enfin réussi à la faire partir ? J’avais enfin réussi à la faire partir du bâtiment ou du moins qu’elle serve à quelque chose ici ? Je ne voyais pas le nombre de morts, je ne faisais qu’entendre les coups de feu et le bruit sourds des corps tombant sur le sol. Je fixais le plafond depuis plusieurs minutes. Comme l’avais dit Cassyopée, je devais rester fort et ne surtout pas fermer les yeux. Ouais encore quelque chose qui est plus facile à dire qu’à faire ! En plus de ça, le liquide chaud sortait toujours de ma poitrine. Ca m’étonnait que je ne sois toujours pas dans les vapes. J’essayais de respirer calmement. Inspire expire. Mais tout ça ne servait à rien. Si les secours ne venaient pas j’allais mourir dans cette salle dans un putain de costard trop serré. Mais au moins je ne serais pas le seul. Depuis tout à l’heure, je savais pertinemment que le tireur fou avait retiré des vies. Des vies innocentes. Mais je n’avais pas pu constater les dégâts et je ne voulais pas les constater … Déjà que j’avais du mal à respirer ….

« T'inquiètes pas, je reviens dès que je peux... Si jamais t'as besoin de moi, crier mon prénom si tu peux. » Je leva mes yeux vers la jeune femme. Je ne vis pas aider des gens, mais j'étais persuadé qu'elle l'avait bien fait. Je lui faisais confiance. Je ravala ma salive. Mes forces devenaient de plus en plus faibles, j'avais envie de dormir et presque tout mon sang était autour de moi sous forme de marre. Ma vue commença à se troubler. Ca y est c'était le début de la fin ? Heureusement pour moi Cassyopée n'était plu là, elle ne me verra pas mourir. Elle ne me verra pas quitter ce monde. Je ferma les yeux. Toute ma vie défila devant mes yeux. Des images de ma mère vivante notamment. J'allais la rejoindre. Ça me soulageait, je n'allais pas être seul. Je souria la voyant les bras ouverts. J'étais tout près d'elle quand un coup de feu me fit sursauter. Il y en avait plusieurs d'affiler. C'était quoi ? C'était qui ? Je ne pouvais pas voir, j'étais trop endommager pour bouger n'importe quel membres.

Soudain, je vu des gens entrer dans la pièce. Ils étaient nombreux et avaient des trousses de secours voir bien plus pour les autres. Je regarda leurs regards terrifiés avant de sombrer dans un sommeil trop profond pour me réveiller.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Sam 2 Mar - 0:01


Boum. Boum. Boum. J’ignorais ce qui faisait tant de bruits, si c’était mon sang qui battait furieusement à mes tempes, la chute sur le sol jonché de morceaux de verre et autres débris de corps meurtris, ou les coups de feu tirés à répétition par celui qui avait décidé de gâcher la fête, mais le bruit résonnait dans ma tête, incessant et entêtant. Fixant un des lustres luxurieux du lieu, je tentais de calmer les protestations de mon corps, puis me redressais comme je le pouvais, au moment où une voix que j’aurais pu reconnaître entre milles hurla mon prénom.

Assise par terre, je vis Peddington, la chemise ensanglantée, se diriger vers moi, me parlant d’une voix rapide qui, bien que je ne comprenais pas le sens de toutes ses paroles, me laissa penser qu’il était inquiet. M’appuyant sur les mains, dont les paumes s’écorchèrent au contact des morceaux de verre, je me relevais en chancelant un peu, et tant pis pour le manque d’élégance de la position. Enjambant un décor qui avait explosé en morceaux, je rejoignais Peddy sur les quelques pas qui nous séparaient, passant une main dans les cheveux de Phoenix pour les dégager de son visage, et constater que par chance elle était simplement évanouie, une expression quasi sereine sur le visage.

"-Je vais bien...ne t'inquiètes pas pour moi! Tu peux marcher?" demandais je aussitôt en voyant sa chemise teintée de rouge.

Quant à mon copain, c’était une autre histoire. Son visage était tendu, crispé même, sans doute par la douleur. Il essayait pourtant de tenir le coup, aussi bien qu’il le pouvait, mais son expression ne laissait aucun doute quant à la situation. Rejetant mes cheveux du dos de ma main, je grimaçais en sentant le poisseux de mes cheveux, regardant le sang sur ma main. Pas le temps pour les petits bobos, il fallait parer au plus vite et quitter cette foutue fête avant qu’on y laisse la vie.

Un rapide coup d’œil à la salle me permit de trouver la sortie la plus proche, mais qui se trouvait malheureusement à l’autre bout de la pièce. J’ignorais combien de temps j’étais restée dans les vapes, me contentant de fixer le plafond en attendant que mon malaise passe, mais la scène qui s’offrait désormais à moi fit naître de longs frissons sur mes bras. Partout où je posais mes yeux, il n’y avait pas un endroit qui avait été épargné par la folie meurtrière de l’inconnu : tables renversées, vaisselle brisée, objets personnels abandonnés dans l’hystérie du moment, et bien sûr, tout ce sang, ces corps immobiles, ou gémissant de faibles appels à l’aide. Et je ne pouvais rien faire d’autre que de contempler les dégâts, les bras ballants.

Certains courraient encore, d’autres rampaient lamentablement, se sauvant comme ils le pouvaient, s’aidant même pour sortir de cet enfer. Je reconnus quelques visages, et fut bien contente qu’ils soient encore en vie. Perdue dans la contemplation des dégâts, j’en oubliais presque l’horreur de la situation, mais un coup de feu bien trop proche à mon goût me fit me la rappeler. Je sursautais violemment tout en me baissant au sol, sachant d’avance que nous ne pourrions atteindre la porte à l’opposée en vie, du moins pas tous les trois.

Regardant autour de nous, j’avisais la table sur laquelle j’avais perdu l’équilibre quelques instants plus tôt, et la couchant sur le sol, j’entrainais Peddy derrière, l’aidant à poser Phoenix sur le sol dont j’avais grossièrement dégagé les débris, roulant en boule une nappe sous la nuque de celle-ci. Puis aidant le jeune homme plus pâle que jamais à s’asseoir à l’abri de la table à son tour, j’attrapais une serviette qui trainait par là, et l’appliquais sur sa blessure, serrant brièvement sa main en lui disant que tout allait bien, avant de poser un regard sur ma jumelle. Je ne pleurais pas, à quoi bon ? Ca ne sauverait ni le beau Roberts, ni aucune des personnes présentes dans la pièce, et je ne criais pas non plus à m’en déchirer les cordes vocales, ne désirant pas attirer le psychopathe par ici. Je nous pensais à l’abri là où nous étions, du moins tant que nous ne bougions pas, mais ça ne faisait pas pour autant taire la petite voix dans ma tête qui disait « pas nous, pas nous, s’il vous plait pas nous. »

Le temps paru suspendre son cours, avant que de nouveaux cris ne se fassent entendre, suivis de nouveaux coups de feu, qui me firent tous sursauter. Et soudain, un silence effrayant retenti dans la salle, seulement entrecoupé des gémissements des blessés. J’ignorais ce qui c’était passé, mais je trouvais un certain réconfort à être cachée derrière cette table de la réalité de la situation. Alors, tout en maintenant une pression adéquate sur la plaie de Peddington, je continuais de répéter à voix basse que tout allait bien, et que nous allions nous en sortir. Il ne pouvait en être autrement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Sam 2 Mar - 10:47

Pierre n'entendait plus rien, à part des multiples acouphènes, des petits sifflements qu'il avait à l'oreille, refusant d'entendre d'autres choses, il n'avait pas envie d'écouter, c'était trop affreux, trop horrible, le sang qui giclait, les coups de feux qui résonnaient, non il ne voulait plus de tout cela, il voulait rentrer chez lui, et rester dans son lit comme si rien ne s'était passé, il s'en mordait les doigts, la vision de la femme qu'il avait tué repassait toujours et encore dans sa tête, l'expression qu'elle avait en voyant la balle atterrir dans sa poitrine le tenaillait, comment avait-il pu ? Il aurait du réfléchir, il n'y voyait pas clair, il l'avait toujours su, et voilà qu'il … avait tenté de faire le super héros, là c'était plutôt un super zéro pour le moment. Les paupières fermées, il s'était coupé du monde extérieur, il ne souhaitait plus rien voir ni plus rien entendre, c'était une barrière contre le reste qu'il s'était improvisé, pour ne pas souffrir et ne pas avoir du mal à voir tous les gens morts ou blessés. A quoi servait tout ce qu'il s'était construit ? Rien du tout, son dos avait craqué comme s'il n'était fais que de porcelaine déjà ébréchée. Les efforts qu'il avait fournis au cours de ces deux mois avec sa kinée étaient vains, il allait devoir recommencer, voire porter un corset, quelle idiotie. Il s'en serait giflé. « Pierre c'est Chuck tu m'entends ? Il ne faut pas rester ici, on est la cible de ce tueur si on ne se bouge pas de suite. » Non il n'entendait rien, à part des petits bruits de souris, si bien qu'il ne réagissait pas, et restait là, les yeux fermés, coupé de l'extérieur, comme le serait un autiste qui aurait peur des autres. Il souhaitait qu'on le laisse là, parce que de toute façon le bouger reviendrait à lui déplacer les vertèbres et c'était trop dangereux, alors non, il ne répondrait pas, au moins Chuck le croirait mort, et ça irait bien pour tout le monde.

Pourtant, alors qu'il avait essayé d’étouffer les sons qui lui parvenaient, il laissa son ouïe fonctionner, et le hurlement qu'il entendit le fit frissonner d'effrois : « ESPÈCE DE SALOPARD!!!! » Il reconnut aussitôt la voix de la personne, Nicholas, et il ouvrit les paupières, juste le temps de le voir tirer deux balles dans le corps du tireur. Le King referma les deux paupières de suite, il avait vu trop de sang pour la soirée, trop de morts parcouraient les méandres de son esprits, il ne voulait plus de tout cela. Il souffla longuement en regardant Chuck … « Blair et Chrystal vont bien ? » demanda-t-il d'une voix souffrante ? Chaque mot lui coûtait, non pas qu'il ait mal, même si c'était le cas, mais parce qu'il repensait à tout ce qui s'était passé, et que dans la foulée bon nombre de personnes auraient pu trouver la mort, Peddington, même s'il le détestait il ne méritait pas cela, les Williams-Addison, Matthew, Chuck, et tous les autres qu'il n'avait pas vu. Il était mal, et cela se voyait clairement sur son visage. Il angoissait à propos de cela, comment allait-il se remettre de tout ce qu'il avait vu et pu faire ? Il n'en savait fichtre rien, et de toute façon, il sombra dans le coma, alors que des gens en blouses blanches arrivèrent dans la salle. L'adrénaline ne faisait plus son effet, et la douleur l'emporta sur sa raison et le laissèrent pantois, il tomba sur le côté, les yeux clos, la respiration faible, mais toujours présente, il ne mourrait pas, ce n'était pas grave au point d'ici laisser la vie, mais selon les dégâts, il pourrait terminer en fauteuil roulant, et il préférerait de se faire euthanasié plutôt que finir sa vie comme un infirme. Il sentit qu'on l'emmenait sur un brancard et qu'il était évacué, chose de faite, à quand le prochain round ?
code by rainbow
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ADMIN ⊰ I'm running from a warzone


Voir le profil de l'utilisateur
information✤ Ragots échangés : 764
✤ A N-Y depuis : 25/08/2012
My life
My life
Statut civil : Mariée à Thybalt
Age de ton personnage: 24 ans
Relationships:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Sam 2 Mar - 16:00


Le bal de la Saint-Valentin


(how to save a life) ▽ Where did I go wrong? I lost a friend. Somewhere along in the bitterness and I would have stayed up with you all night. Had I known how to save a life
Des bribes de souvenirs m’étaient revenues en tête, il fallait que je sois en danger de mort pour me souvenir de pas mal de choses. Cela me faisait un mal fou à la tête, mais cela passait en arrière-plan, j’arrivais à passer outre. Je me concentrais seulement sur Nathan et sur April. Toutes mes pensées étaient pour eux, je voulais vraiment qu’ils s’en sortent. Je pris la main de Nathan encore une fois, il fallait attendre, encore mais je n’avais plus la patience d’attendre. Plus je voyais le temps défilaient, plus je voyais Nathan s’affaiblir. Je sentais mon cœur ralentir au fur et à mesure qu’il devenait blanc. Je me penchais ensuite doucement pour apercevoir April et ne pas me faire prendre par ce satané tireur. Elle avait toujours les yeux ouverts mais j’étais encore plus en stress parce que je n’étais pas à ces côtés. Je sentais la panique, mais aussi la colère montait en moi, pourtant, je n’étais pas quelqu’un de violente mais plus on restait là et plus j’avais peur. Je n’avais jamais eu une telle peur de ma vie. Elle me paralysait, certes, mais une telle colère montait doucement et faisait son chemin. La possibilité que je le tue moi-même était impossible, j’avais tellement une force de mouche que j’allais juste lui péter le nez dans la mesure du possible. Je n’avais pas d’arme et je ne savais même pas m’en servir. Je faisais plusieurs scénarios dans ma tête, tous plus grotesques les uns que les autres. Des scénarios dignes d’Hollywood alors que je savais très bien que je serais incapable de les réaliser, j’étais paralysée par la peur. Je ne suis même pas sur qu’à ce moment précis, je puisse tenir correctement sur mes jambes sans avoir des petites chutes ou des trucs comme ça.

Un coup de feu venait d’être tiré. Je ne pus m’empêcher de sortir un petit son qui exprimait ma peur. Je me collais à Nathan tout en faisant attention à ne pas trop le bousculer avec sa jambe. Je pensais à ma mère. J’espérais vraiment qu’elle n’avait pas eu vent de cette histoire, pas maintenant en tous cas. Je ne voulais pas qu’elle s’inquiète à nouveau pour moi. J’étais sa seule fille, elle avait déjà perdue son mari. Elle aussi avait besoin de moi. Elle est toujours autant fragile depuis la mort de mon père, je ne pouvais pas la laisser, elle avait besoin de moi. Elle avait déjà assez souffert. Je m’en voudrais vraiment s’il lui arrivait quelque chose par le stress. Il y avait un silence, horrible, il y avait le bruit d’une bagarre, je en savais pas qui se battait avec qui. « ESPÈCE DE SALOPARD!!!!! » entendis-je Nicho hurler et là, ma peur monta encore d’un cran, je ne pensais vraiment pas que cela pouvait être possible. Je ne voulais pas me lever pour voir le massacre. Je ne voulais pas voir encore plus quelqu’un que j’aime se faire tirer dessus ou être amoché, j’étais déjà traumatisé, mais c’était Nicho. Je me penchais légèrement, à nouveau, April ne bougeait presque plus, mais elle tenait bon, j’étais fière d’elle, je me penchais un peu et je voyais Nicho bombarder le tireur de coup. J’avais tellement pleuré que je n’avais plus de larmes pourtant ce n’était pas l’envie qui me manquait de pleurer. Nicho était entrain de se battre pour nous sauver la vie même si cela lui couterait la sienne, j’admirais son courage. Je me replaçais près de Nathan, avec une grosse boule dans le ventre néanmoins. « Nicho est entrain de se battre avec le tireur, j’ai tellement peur.. » dis-je à mon petit ami tout en le regardant dans les yeux. J’avais dis tout à l’heure que j’étais fâchée avec dieu, mais là, je priais pour Nicho, pour qu’il ne lui arrive rien. J’étais vraiment une lâcheuse mais je sais que je n’aurais pas son cran. J’avais une boule dans le ventre. Je ne voulais pas voir la suite. Un second coup de feu venait d’être tiré me faisant faire un de ces méchants bonds. J’avais peur que le tireur ait réussi à tuer mon ami, un de mes plus proches amis en plus. Je me levais progressivement et vit Nicho se retirer du corps, le regard vide. Je poussais un de ces soupirs de soulagement, il n’avait rien et il nous avait sauvés en plus. Il venait d’abattre le type qui nous retenait en otage. Je regardais Nathan en disant « J’arrive ! » non, je n’allais pas appeler les secours. Je fonçais voir mon ami qui venait juste de risquer sa vie pour nous. Je me mis près de lui et je le serrais dans mes bras. Il était encore choqué de ce qu’il venait de faire, c’était compréhensible. Je le serrais tellement fort, c’était lui notre héro, c’était clair. « Nicho, y’a pas de mots, tu nous as sauvé, je ne pourrais jamais te remercier assez de ce que tu as fait. T’as risqué ta vie pour nous, j’ai tellement eu peur qu’il t’arrive quelque chose à toi aussi. (je le forçais à me regarder dans les yeux) Surtout ne t’en veux pas, tu as fait le bon choix ! » Je m’agrippais à lui. Il n’avait rien, sauf du sang, mais ce n’était pas le sien. Heureusement. Il venait de mettre fin au carnage, les équipes de secours envahirent alors la salle quelques minutes après. Je restais dans les bras de mon ami. Il avait besoin de quelqu’un, tout comme April, tout comme Nathan mais je n’arrivais pas à me décoller de ces bras, je me sentais en sécurité grâce à lui. Quand ils embarquèrent Nathan et April, je déposai un baiser sur la joue de mon ami en disant « N’hésites pas si tu as besoin, je pars avec Nathan et April ! »
(c) AMIANTE


_________________


    Sans toi je sais plus où je me dirige. Mon corps se divise. Mon coeur me néglige. Reste avec moi, sans toi tout ne vas pas. Sans toi, je ne tiendrais plus le coup, sans toi, je ne vaux rien du tout. Avec toi, je suis la plus heureuse et la plus comblée. La plus comblée il n'y a que toi qui me fait trembler. Avec toi le temps s'arrête. Avec toi j'suis sur une autre planète. Avec toi je suis prêt à affronter le pire. Nos erreurs ne comptent pas. Ce sera nous, nous contre le monde.

      ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Sam 2 Mar - 17:47



guns are dangerous cuz they steal the life.
feat everybody.


« Non, Nathan, c’est trop dangereux, tu ne peux pas te déplacer, c’est trop risqué, vaut mieux qu’on reste là.. Vaut mieux pas aggraver ton cas et celui d’Ap’. » Oui mais rester dans le collimateur du tireur n'était peut-être pas la bonne idée non plus, parce que cela voudrait dire qu'on risquait de se faire tuer d'un moment à un autre, mais rien que pour elle, j'abandonnais cette idée, si elle jugeait que c'était mieux de rester ici, on campera là, à attendre les secours. Elle déposa sa tête contre mon épaule avant de reculer aussi vite qu'elle n'était venue, avait-elle peur ? Je n'en savais rien et la voir se rouler en boule me fit mal au cœur, sa tête entre la main elle semblait en proie à une douleur insoutenable, que lui arrivait-elle ? Le psychopathe lui aurait-il tiré dessus aussi sans que je n'entende le coup de feu ? J'en doutais, parce que sinon j'aurais vu du sang et là rien, juste Cléia complètement abasourdie. Elle revint vers moi quelques instants après en se tenant la tête dans les mains, mal de crâne je présumais, c'était fréquent chez elle, j'étais bien placé pour le savoir. « Nathan.. Pour tout à l’heure.. Moi.. Moi aussi je t’aime. » Un petit sourire illumina mon visage, c'était la première fois depuis son accident qu'elle me le disait, et rien que ces mots me touchèrent au cœur, j'en aurais eu envie de pleurer, mais les larmes ne me venaient pas, la surprise m'en empêchait. Je voulais la reprendre contre moi, la serrer dans mes bras mais c'était elle qui fit le premier pas et pris ma main une fois de plus, je me satisfaisait de ceci, parce que se câliner dans une pareille situation n'était peut-être pas la meilleure des choses à faire. Puis soudain un autre coup de feu, je tournais la tête dans tous les sens avant d’apercevoir Nicholas, assis sur le mec entrain de lui envoyer des coups de poing dans la tête. « ESPÈCE DE SALOPARD!!!!! » Je ne regardais plus, pas envie de voir d'autres traces de combat, parce que ça me ferait mal d'y repenser plus tard, je me concentrais sur le visage d'ange de ma petite amie qui était à mes côtés, elle devait être tiraillée entre rester avec moi ou rejoindre son amie à qui j'avais parlé toute à l'heure. Je ne savais comment lui dire d'y aller, et de toute façon j'étais persuadé qu'elle me dirait qu'elle ne pourrait pas me laisser. « Nicho est entrain de se battre avec le tireur, j’ai tellement peur.. » Un dernier coup de feu et tout fut finis. Je fermais les paupières instinctivement pour ne pas voir cette effusion de sang et sentit Cléia se lever rapidement en me disant qu'elle revenait. Je la comprenais, le cauchemar était-il terminé ou venait-il de faire une nouvelle embardée ? J'espérais que la seconde option ne soit pas la bonne. Je regardais alors le corps du tireur plein de sang, une trace de balle dans la tête, je détournais immédiatement le regard. Avant de constater que le mien coulait toujours malgré le garrot, le sang l'avait imbibé et tâchait le sol. Je fermais longuement les paupières avant d'entendre des portes qui s'ouvraient, les secours étaient-ils arrivés ? Sûrement, et je me mis à sourire enfin. Tout était terminé et on allait s'en sortir. J'avais enfin droit de ne plus m'en faire, je sentais qu'on me soulevait afin de m'évacuer aux urgences, ma blessure n'avait rien de très grave, juste une artère de perforée, du moins j'espérais que ce n'était que cela. Je voyais Cléia et lui adressa un petit sourire qui se voulait rassurant et murmurait du bout des lèvres. « Je t'aime, on se voit dans pas longtemps. » et je fermais les paupières pour m'endormir profondément, j'étais exténué et resté éveillé n'était pas ce qu'il fallait, de toute façon je savais bien que je ne risquais plus rien et qu'on allait me sauver, alors à quoi bon lutter contre la fatigue ?

© bang
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Dim 3 Mar - 18:04

Parfois, quand le destin vous en veux, c'est vraiment jusqu'au bout. Il faut croire qu'Aleksandre était dans la ligne de mir de ce dernier et qu'il n'en avait pas fini avec
sa malchance. Cette soirée était une erreur, une grosse erreur. Il aurait du rester auprès de Roxane. Pourquoi ? Parce que déjà il ne supportait pas de voir Lily. Ensuite il ne supportait pas de voir Matthew le fusillait du regard à sa table, ni même Phoenix de l'autre bout de la salle. Tout le monde semblait lui reprocher sa désertion, enfin tout le monde, sauf Lully bien sûr.

Alors qu'Aleksandre se décidait à s'en aller et rentrer au chaud auprès de sa jumelle, voilà que le drame se déroule. Le jeune homme était aux cabinets en train de se rafraîchir et quand il ressortit, un vrai massacre s'étendait sous ses yeux. Des hurlements, du sang, les corps à terre, des coups de feu, une véritable scène apocalyptique. Immédiatement, le jeune King se jeta sur le sol. Il ne voulait pas prendre une balle perdue en se tenant béatement au milieu de la salle. Il se glissa vers l'abri le plus proche et chercha du regard le sens à ce massacre.

C'est alors qu'il le vit, un fou furieux avec une arme qui tirait sur tout le monde. Pour quelle raison massacrer tant de gens ? Vengeance, fureur ? Cœur brisé ? Rien de tout ça ne pouvait être une raison suffisante pour tuer tant de gens. Aleksandre rampa sur le sol à la recherche des personnes qu'il aimait. Où était Lily ? L'angoisse serra son cœur et il
sentit la terreur l'envahir. Il ne fallait pas qu'elle soit touchée, non, elle ne pouvait pas mourir ! Pas aujourd'hui,, pas comme ça ! Il se refusait à la perdre, il l'aimait, il le savait
pertinemment. Et Phoenix ? Ou était-elle ? Elle avait beau lui en vouloir en ce moment, il ne pourrait pas le supporter s'il devait lui arriver quelque chose. Pris de panique, il chercha des yeux ses proches. Où diable étaient Phoenix ? Ou sa sœur Summer ? Et Lully, où était-elle ? Il était perdu,l'angoisse le tenaillait, les cris et les gens qui courraient de
partout ne l'aidait pas à s'y retrouver.

Soudain, il vit une chevelure rousse à l'autre bout de la salle qu'il reconnu. Cassyopée. Il s'approcha d'elle avec prudence. Un hurlement retentit et Aleksandre vit Nicholas se jeter sur le tueur. Il ne savait pas ce qu'il s'était passé et il s'en fichait, tout ce qui comptait c'est que pendant quelques minutes a moins il aurait le champ libre pour rejoindre Cassyopée
sans danger. Il franchit la salle en courant en direction de Cassy. Il la vit se relever et s'éloigner d'un corps qui gisait sur le sol. Aleksandre allait la rejoindre quand il reconnu le corps. Matthew. Il se jeta à genou à côté de lui et l'appela « Matthew !!!! » Mais ce dernier ne répondit pas. Du sang coulait sur sa poitrine, il semblait sévèrement touché. Aleksandre pris son pouls et sentit son cœur battre faiblement. Il enleva la veste de son costume et s'en servit pour comprimer la plaie et épancher le sang. Il avait quelques faibles notions de secourisme et il s'en servit pour prodiguer les premier soin à son ex-meilleur ami. Il tenta vainement de le réveiller, il fallait qu'il reprenne conscience :
« Matthew je te jure que t'as pas intérêt à mourir. J'en ai rien à foutre que tu m'en veuilles, tu peux passer le restant de ta vie à me haïr, mais t'as intérêt à rester en vie pour le faire ! ». Et tandis qu'Aleksandre essayait tant bien que mal d'aider Matthew, il pensa à sa sœur et se réjouit qu'elle soit au chaud, en sécurité. Si seulement il avait pu en être de même pour tous les autres. Un grand bruit retenti brusquement dans la salle.
Aleksandre se retourna et vit les secours qui arrivaient. Il fit de grands signes pour qu'ils viennent dans sa direction...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur Dim 3 Mar - 21:21


M**** je suis dans son viseur
ft everybody
Je restais à ses cotés, j'avais remarqué qu'il était totalement déconnecté en ce moment, ça n'allait pas m'aider évidemment, je ne savais pas quoi faire sur le moment, je savais que Blair était en de très bonnes mais et que j'allais rapidement la retrouver, mais je ne pouvais pas me permettre de laisser Pierre, il avait tout fait pour nous mettre à l'abri et pour nous sauver, et ça j'en étais vraiment reconnaissant de tout ce qu'il avait fait...
Je m'étais bien planqué derrière la table, en fermant les yeux quelques secondes pour tenter de faire diminuer douleur de mon épaule, je ne l'avais pas ménagé, et rien n'était soigné, je savais déjà que ma chemise était complètement foutu.
Je continuais par la suite de fixer Pierre, je n'osais pas le toucher, ni le secouer de peur de lui faire trop mal , où de le blesser encore plus...


D'un coup , j'entendis un hurlement un «  ESPÈCE DE SALOPARD!!!!! ». Rapidement je me redressais un peu derrière cette table, pour chercher d'où cela venait, et je vis Nicholas, c'était donc lui qui avait poussé ce cri, et de plus , il venait de descendre le tueur de deux balles... J'étais soulagé évidemment , même si Nicholas venait lui aussi de risquer sa vie.
Après les coups de feu, je tournais le visage vers Pierre qui venait de me parler, je m'étais approcher pour tenter de me mettre dans son angle de vue, il me parlait de Chrystal et de Blair, je lachais un petit soupir..


«  J'ai laissé Blair avec les secours à l'extérieur, par contre Chrystal je ne sais pas où elle est Pierre, je suis désolé »

Je m'en voulais de ne pas avoir cherché après des nouvelles de Chrystal avant de revenir le chercher, mais mon esprit ne pouvait pas réfléchir avec tout ça.
D'un coup, je vis Pierre fermer les yeux et perdre connaissance, il venait de me faire avoir la frousse de ma vie.
Je m'approchais de lui, en le secouant doucement


« Pierre, non, tiens bon »

Je tournais la tête pour interpeller les secours qui avaient enfin réussi à entrer, des médecins et une civière arrivèrent vite pour l'emmener...
Je suivais la civière en tenant mon bras, tout était terminé, et je pouvais le dire, nous avions une bonne étoile au dessus de notre tête.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




information
My life

MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur

Revenir en haut Aller en bas
 

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Sujet-commun : Intrigue 1
» 2. Bal masqué - Sujet commun
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille :: Gossip Girl The Return 1.0 :: Evenements :: Le Bal de la Saint-Valentin-